top of page
  • eevangelaire

Ateliers sophro-Philo, quésaco ?


C’est quoi philosopher ?

Philosopher, c’est réfléchir et échanger avec d’autres sur des questions qui animent notre humanité depuis des milliers d’années.


A quoi s’attendre d’un atelier sophro-philo pour un jeune public ?

L’idée d’un atelier philo proposé à des enfants et des ados est :

- De leur permettre de penser par eux-mêmes,

- À dialoguer et à argumenter,

- De s’exprimer devant les autres,

- D’apprendre à écouter les avis des participants,

- D’aller plus loin dans leur réflexion,

- D’éveiller leur curiosité.

Le tout dans un cadre bienveillant et respectueux des règles du jeu définies avec le groupe au début de l’atelier.

L’animateur de ces ateliers philo ne délivre pas un apprentissage. Son rôle est de faciliter les échanges entre les enfants en définissant les règles du jeu, les mots, en reformulant, à posant des questions appropriées et en permettant le dialogue exploratoire.


Ce que n’est pas un atelier philo pour enfants ?

La pratique philosophique dans ce contexte n’a pas pour objectif de faire assimiler aux enfants des connaissances théoriques mais de leur permettre de penser par eux-mêmes. Il n’y a donc pas de réponses fermes aux questions posées. Les enfants/ados repartent souvent avec plus de questions que de réponses.


Quels sont les bienfaits d’un atelier philo ?

En participant à ce type d’atelier, les enfants apprennent à :

- mieux se connaître,

- prendre confiance en eux en donnant leur avis,

- développer leur empathie,

- s’ouvrir à d’autres points de vue,

- développer un esprit critique reposant sur des arguments rationnels basés sur leurs expériences,

- débattre en respectant des règles,

- développer leur attention,

- commencer à définir leurs valeurs de vie.


Pourquoi associer la sophrologie et la pleine présence à ce type d’atelier ?


Les pratiques de sophrologie et de pleine présence proposées dans le cadre de l’atelier philo permettent aux enfants/adolescents :

- de développer leur attention et de favoriser le calme,

- d’aller aux contacts de leur réceptivité sensorielle,

- de leurs émotions vécues (patience, frustration, joie, surprise, doute, colère…),

- de prendre conscience de leur flot de pensées (dès lors que la maturité cognitive de l’enfant le permet)

L’objectif d’intégrer ces pratiques est de relier l’esprit, le corps et le cœur des enfants.

Philosopher et méditer sont donc très liés.

Comments


bottom of page